Il existe plusieurs paramètres en fonction de la vitesse des gaz. Nous vous en présentons 4 principaux :

La hauteur du conduit : elle se mesure à partir de la souche (la sortie des gaz au niveau de l’extérieur) et la sortie de l’avaloir.

La section du conduit.

La section des ouvertures vers l’extérieur de la pièce ou de l’arrivée de l’air frais.

La température des gaz se trouvant dans le conduit.

Pour comprendre le fonctionnement d’un conduit de cheminée, il faut savoir que l’air chaud, créé par la combustion, s’intègre dans le conduit. Il est, en continu, évacué et renouvelé selon sa densité par rapport à celle de l’air extérieur, il faut qu'elle soit inférieure.

Le fonctionnement du tirage dans le conduit de fumée

Le tirage se réalise par la vitesse d’aspiration, c’est la fonction du conduit de fumée. Le tirage interagit en fonction de la hauteur du conduit et sa section. Le conduit fonctionne comme un système de pompe, sans moteur. Il fonctionne selon le principe de densité entre les gaz intérieurs et les gaz extérieurs. Le gaz chaud est léger, il s’évacue donc facilement en fumée.

Nous conseillons d’avoir un conduit petit avec une grande hauteur. Cela permet de rendre moins sensible la cheminée face aux conditions atmosphériques. Mais, l’encrassement des conduits est plus rapide, il faut donc penser au ramonage régulier. Sur les conduits courts, il faut une hauteur de 3,50 m à 4 m minimum pour un feu ouvert. Il est possible de gagner 50 cm en surélevant la souche.

La prise d’air frais

Pour un bon fonctionnement de votre cheminée, il faut penser à une bonne arrivée d’air. La surface totale dépend également de la section du conduit.

Par exemple : Une cheminée possédant un conduit d’une section de 20 cm par 20 cm et une hauteur de 6 mètres. La température avoisine les 550° à la sortie du foyer, il y a donc une vitesse des gaz de 4,50 soit un débit de 180 l/s à l’intérieur du conduit. Ce débit est donc égal à la vitesse des gaz qui quittent une pièce. On prend comme hypothèse que l’air frais est égale à la section du conduit de fumée. Il est donc important que la cheminée consomme 65 m3 en 6 minutes. Sans bonne arrivée d’air, la cheminée ne tiendra que 6 minutes.

Pour un tirage optimal, il faut un bon rapport entre la section de la prise d’air et celle du conduit de fumée. Plus grand, plus la prise d’air devra être importante. Il faut que ce rapport soit égal à 1, autrement dit que le débit soit égal à 80% au maximum. En dessous de 40%, le tirage sera insuffisant.

Si vous constater que la cheminée fonctionne mieux lorsque la fenêtre est ouverte, c’est que les dimensions de l’arrivée d’air sont insuffisantes.

L’emplacement de la prise d’air frais

C’est sur le côté surpressionnaire que doit se trouver l’ouverture de la prise d’air frais. Si elle est placée sur la zone dépressionnaire, alors il y aurait une inversion du tirage.

S’il est impossible de puiser de l’air extérieur, l’arrivée d’air peut se faire via un vide sanitaire ou un sous-sol ventilé (pas un garage, ni un entrepôt de produits inflammables).

Les vents dominants

Généralement, nous conseillons de placer la souche sur le versant de la toiture, là le vent souffle. C’est là que se situe la surpression et donc favorise le tirage. Les vents dominants sont difficiles à dominer.

La direction des vents

Selon les saisons et les régions, la direction des vents et leurs forces sont déterminées par l’Office National Météorologiques. Il faut donc se renseigner sur ces observations appuyées sur 21 stations régionales.

Les niveaux de terrain impactent également, des élévations ou des dépressions sont souvent la cause d’importantes variations. De même pour les zones boisées.

Il est opportun de se renseigner auprès des habitants du lieu de construction. La position de faîtage doit être perpendiculaire à la direction des vents dominants pour permettre un meilleur tirage.

Choisir le bon emplacement de la souche

Quand le franchissement du faîtage de maison est fait, il se crée une zone dépressionnaire dans l’endroit où le conduit sera installé. Il se peut qu’il y est des turbulences sur la dispersion des gaz si la souche est placée dans la zone de surpression. Les gaz risquent d’être refoulés dans le conduit en cas de vents violents.

L’isolation

Le conduit et la souche doit être parfaitement isolés afin d’éviter un refroidissement des fumées trop rapide. S’il y a une bonne isolation, il y aura moins de risque de bistrage.

Vers les produits :

Conduit inox double paroi

Conduit inox flexible

Conduit en acier

  • Conseils du spécialiste Conseils du spécialiste
  • Service client de qualité Service client de qualité
  • Montage facile Montage facile
  • Paiement sécurisé Paiement sécurisé
  • 14 jours de retour de marchandise 14 jours de retour de marchandise